Archives de Catégorie: 2 Tout péter !

Du lourd pour les copains !

Par défaut

Monter le plancher en chêne, les plaques d’OSB, charger et décharger le reste de gravats, fendre du bois, faire sauter le carrelage et couler un ragréage, dépoussiérer 80 ans d’accumulation de poussières dans le grenier… nous n’avons pas ménagé nos amis !

Vivan, Shadowconstructor et Guillaume : thanks a lot !

La fin des gravats : 2

Par défaut

   

On voulait tout mettre à plat : c’est chose faite !

Merci Lionel d’avoir fait perdre la tête à notre maison et fait tomber les derniers gravats. Car, normalement, on ne devrait plus entendre parler de gravats ! Sauf pour l’évacuation qui devrait encore nous faire transpirer un peu : le tas est énorrrrrrrmmmmmmmmme !

Titanesque !

Par défaut

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sous un peu de pluie le matin et un bon soleil l’après midi, Manu, Guillaume et Michel ont démonté une bonne partie des 2 pignons supérieurs de la maison. Un vrai travail de Titans ! Un grand merci à vous pour les coups de masse (et oui, tout a été fait à la mano…)

Pourquoi avons-nous pété les pignons ?

Dans tout bon chantier de rénovation qui se respecte, il  faut une tuile… La notre, de tuile, c’est que les pignons se sont révélés en mauvais état pour poser la charpente et que le plus sérieux était de repartir à zéro : ce qui signifie raser les pignons pour poser une ossature bois. Une solution intéressante pour plusieurs raisons :

– une répartition uniforme du poids de la charpente

– une isolation « perfect »

– un peu de surface habitable gagnée

Ouverture

Par défaut

La dernière ouverture apporte énormément de lumière, d’espace et offre des perspectives de modulation ! On imagine déjà les soirées tranquilles au coin du feu dans le salon, salon qui peut s’ouvrir vers la salle à manger et accueillir une grande tablée…

La poutre en chêne, un bestiau de 120 kg, ajoute un brin d’allure à cette grande pièce tout en affirmant la séparation des espaces.

Préparation des supports

Par défaut

Après la casse, le rebouchage ! Et oui, c’est bien joli de donner des coups de masse et de faire tout tomber ! Ça défoule, mais après, il faut reboucher les trous… et il y en a !

Côté cave, après le décroutage (= piquetage de l’enduit qui se décolle) il faut nettoyer le mur avec une brosse pour qu’il soit bien propre. Ensuite, on arrose bien les pierres (au jet d’eau) et le lendemain, on peut faire un gobetis (première couche d’enduit très liquide jetée au mur pour réaliser une accroche pour les couches suivantes).

  

Au passage, je vous conseille d’aller faire un tour sur ce site, une véritable mine d’informations pour qui s’intéresse aux gestes authentiques.

(Merci Jérôme)

Côté RdC, nous avons décollé la tapisserie (avec des petits ouvriers particulièrement appliqués et motivés).

  

Ah oui… nous avions prévu de faire des enduits chaux chanvre de 5 cm qui devaient jouer le rôle de correcteur thermique. Après réflexions, nous avons opté pour une autre solution car les enduits plâtre sont encore bons et il serait dommage de les détruire. Nous avons donc fait le choix de n’isoler que les murs les plus exposés au froid. Nous passerons un hiver dans cette maison pour voir son « comportement » et nous ajusterons le tir si besoin l’année d’après.